Comment les fibres réinventent notre manière de s’informer et de communiquer

Comment les fibres réinventent notre manière de s’informer et de communiquer

Publié le 26 avril 2019

Les innovations issues de la recherche scientifique telles que les textiles dotés de fibres multi-matériaux comme la fibre optique, capables de recueillir et transmettre à distance les données recueillies sur un patient, portent en elles de grands espoirs pour l’avenir de l’e-santé et pour notre condition de vie de manière générale.

Certains de ces textiles intelligents permettent déjà de surveiller les indicateurs physiologiques de son porteur et donc d’en suivre son état de santé en temps réel. Exemple avec un t-shirt intelligent tout droit venu du Canada.

Des textiles aux fibres intelligentes pour lutter contre les maladies

La miniaturisation de l’électronique et le développement de nouvelles fibres comme de nouvelles méthodes de tissage au cours de ces dernières décennies, ont ouvert la voie à l’intégration de composants électroniques miniaturisés au cœur même du textile, les rendant ainsi « intelligents ».

Mais pourquoi faire ?

Les applications médicales que ces nouvelles techniques laissent envisager, vont vous laisser sans voix…

Saviez-vous par exemple que les maladies chroniques que ces textiles d’un nouveau genre tentent notamment de prévenir et de soigner, sont à l’origine de 2 décès sur 3 en France ? Ces maladies, non transmissibles et non infectieuses, sont considérées comme des Affections de Longue Durée (ALD). Elles ont touché 8,6 millions de personnes en 2009 contre seulement 3,7 en 1994.

Mais quelles sont-elles ?

Il s’agit des maladies respiratoires, neurologiques, cardiovasculaires, en passant par les cancers, l’obésité, le diabète ou encore les troubles de la reproduction.

Exemple avec le t-shirt intelligent fait de fibres multi-matériaux pour lutter contre les maladies respiratoires

En 2017, le Professeur Younès Messadeq et son équipe du Centre d’Optique, Photonique et Laser (COPL), de l’Université de Laval à Québec (Canada) sont parvenus à élaborer un prototype de t-shirt « intelligent » permettant de surveiller à distance mais toujours en temps réel la fréquence respiratoire du sujet qui le porte.

Une avancée sans précédent ouvrant alors la voie à la fabrication de vêtements utiles au diagnostic d’affections respiratoires ainsi qu’au monitorage de patients atteints par exemple de maladies pulmonaires, d’asthme, d’apnée du sommeil, etc.


Légende : Prototype de l’antenne intégrée au t-shirt intelligent (Crédit : Stephan Gorgutsa)

Au cœur du système se trouve une antenne, en forme de spirale, fixée directement dans un  t-shirt en coton, au niveau de la poitrine du sujet.

L’antenne est faite à partir d’une fibre optique creuse, dont la paroi intérieure est enduite d’argent et la paroi extérieure d’un polymère (isolant électrique et thermique) assurant la protection de l’antenne et la pérennité de son fonctionnement.

Elle fait à la fois office de capteur et d’émetteur pour les signaux induits par les mouvements respiratoires du sujet :

Cette nouvelle technologie n’en est encore qu’à ses débuts. D’ores et déjà testée sur deux volontaires, lorsqu’elle celle-ci été dévoilée en 2017 par l’équipe de chercheurs canadiens, elle était alors destinée à faciliter le monitoring des personnes dépendantes bénéficiant d’un suivi médicalisé, et donc à être appliquée en milieu hospitalier et en établissement spécialisé.

Le vêtement intelligent promettait alors d’améliorer le suivi de l’état de santé des patients. La première phase de test effectuée sur les deux volontaires a, en effet, permis à l’équipe de démontrer, que l’antenne faite à partir d’une fibre optique creuse intégrée au vêtement, ne requiert pas d’être en contact direct avec la peau du sujet pour remplir son rôle.

Confortable, le t-shirt n’entrave pas les mouvements naturels de ce dernier, qu’il soit en mouvement ou non. Grand plus, au bout de 20 cycles de lavages en machine, l’antenne fonctionne toujours, résistant donc à l’eau comme aux détergents !

Ce type de vêtement fait partie de ce que l’on appelle des « wearables ». Ils désignent une catégorie de dispositifs électroniques intégrés aux vêtements du porteur, implantés dans son corps (micropuces) ou encore tatoués temporairement sur sa peau (capteurs électroniques flexibles). Ils nous permettent de gagner en autonomie et nous sensibilisent à notre mode de vie. De fil en aiguille donc, ces dispositifs nous responsabilisent vis-à-vis de notre hygiène de vie.

Autrement dit, ces derniers participent au succès croissant de l’Internet des objets (de l’anglais IoT, Internet of Things) dans l’univers médical où les technologies filaires telles que la fibre optique et les technologies sans fil se marient à merveille.

Adeline M.

Partages