La fibre accompagne la transition digitale du secteur de l’immobilier

La fibre accompagne la transition digitale du secteur de l’immobilier

Publié le 14 novembre 2019

Qu’il s’agisse d’un achat ou d’une location, le logement est incontestablement la plus grosse dépense à long terme des Français. Un vaste marché encadré par les agences et promoteurs, qui redoublent d’efforts pour proposer les meilleures offres. Avec la révolution numérique, la compétition s’accentue et pousse les agences à être toujours plus innovantes. Zoom sur le secteur de l’immobilier en pleine transition digitale, portée par la fibre optique.

En quelques années, internet est devenue la voie privilégiée des recherches concernant les biens immobiliers. En effet, 90% des acheteurs se tournent vers des plateformes digitales lors de la phase de consultation, qui précède celle de l’achat.

Cette première étape est cruciale car le futur acheteur va pouvoir se renseigner et affiner ses critères en toute autonomie, sans l’influence d’un agent immobilier.

L’achat d’un logement est un projet de grande ampleur, pour lequel les futurs acheteurs n’hésitent pas à prendre le temps pour dénicher le bien de leur rêve. Le rôle du numérique est alors de leur offrir la plus grande vitrine immobilière, accessible gratuitement en un clic. Les recherches sont plus rapides et sans contraintes, qui va permettre à l’acheteur de cibler sa demande, puis de se tourner vers un professionnel.

 

Faites comme chez vous

Dans plus de deux tiers des cas, les agences accompagnent les acheteurs dans leurs recherches de biens. De nouveaux outils sont désormais mis en avant pour promouvoir les offres, permettant de les rendre plus ludiques et impactantes. Parmi eux la visite virtuelle, qui vient compléter les photos du logement. Simple et accessible, le support est élaboré à partir de photo 360°. Le client peut se déplacer virtuellement dans le logement en quelques clics à l’aide d’un ordinateur ou d’une tablette.
Moins contraignantes, ces visites ne nécessitent pas de déplacement physique, de rangement préalable de l’appartement et offrent un véritable gain de temps aux vendeurs et acheteurs.

La réalité virtuelle connaît elle aussi un franc succès. À la différence de la visite 360, ce dispositif fonctionne par casque virtuel, en s’appuyant sur une maquette 3D. L’acheteur est en totale immersion et peut même se déplacer, interagir avec les objets. La réalité virtuelle est souvent sollicitée pour les promoteurs de biens encore en construction. L’acheteur peut ainsi s’approprier l’agencement du logement et mieux s’y projeter.

Les agences ont recours à des prestataires comme Previsit, pour la création de visites 360. Le système d’abonnement est souvent privilégié, car il permet aux agences de mettre en avant différents biens, en fonction de leur offre hebdomadaire ou mensuelle.
Certaines agences plus habiles peuvent elles-mêmes créer leurs visites virtuelles, grâce aux logiciels développer par envisite.fr et visite360.immo : il suffit d’utiliser une caméra 360°, un appareil photo 630, ou même un smartphone grâce à l’outil panorama.
La visite 360 et la réalité virtuelle ne sont pourtant pas prêtes de remplacer la visite physique, mais servent de support dans la phase de présélection.

Vous ne vous projetez toujours pas ? Grâce au Très Haut Débit, la numérisation 3D rend possible l’addition ou la suppression d’options en temps réel. Instantanément, personnalisez l’agencement, de la simple couleur de papier peint, aux cloisons, en passant par l’aménagement des meubles. Ajustez les éléments selon vos envies, et vous êtes déjà chez vous !

Gourmands en débit internet, chacun de ces dispositifs nécessite une connexion optimale pour assurer leur développement, et leur rapidité de fonctionnement. Le déploiement de la fibre optique joue ainsi un rôle crucial dans l’utilisation des outils virtuels par les promoteurs et les agences, sur l’ensemble du territoire français.

 

Répondre à de nouveaux besoins

Aujourd’hui les consommateurs veulent bien plus qu’un logement, et compte sur un ensemble de services et d’applications.

Un logement agréable et fonctionnel, doit comprendre d’autres avantages comme le taux de luminosité de l’appartement. Critère de choix, la luminosité est mesurée via l’application Solen, qui prend en compte la lumière naturelle du logement ainsi que son degré d’ensoleillement durant la journée. Des statistiques permettent d’évaluer les résultats, et ces données sont par la suite utilisées pour mettre en valeur le bien.

Bien souvent les acheteurs sont séduits par un quartier ou une ville et ne souhaitent pas s’en éloigner. Bien’ici est une application basée sur une carte interactive qui permet de géolocaliser votre logement : ville, quartier, mais surtout les services (supermarché, commerces, écoles…) et les transports à proximité (bus, tram, voiture en auto-partage…). De plus en plus appréciée par les acheteurs, la localisation est l’un des trois principaux critères, avec le prix et la luminosité.

Pour ceux qui ne seraient pas prêts à investir tout de suite, et qui sont à la recherche d’une collocation, l’application Wattamate vous propose de choisir votre futur voisin de chambre. L’algorithme est basé sur votre personnalité ainsi que votre style de vie, et une plateforme sécurisée offre la possibilité de constituer le dossier, et de l’envoyer directement à l’agence.

Wattamate n’est d’ailleurs pas la seule plateforme à proposer la numérisation des dossiers. Certaines agences ont même pris la décision de dématérialiser les états des lieux locatifs : synthèse des charges, inventaire… le rapport complet est envoyé par mail et validé par une signature électronique.

 

En faisant le choix de se digitaliser, le secteur de l’immobilier renforce sa compétitivité et ouvre la voie à des outils d’avenir. Les visites en 360 et en réalité virtuelle rencontrent un fort succès, et tendent peu à peu à activer d’autres sens comme l’ouïe ou le toucher. Si cette évolution peut encore nous paraître lointaine, d’autres projets concentrés autour de la conception du logement verront le jour très bientôt. Co-concevoir son logement avec un architecte qualifié, anticiper les passages devant un bâtiment pour y implanter des locaux commerciaux adaptés, intégrer des infrastructures connectées pour les EHPAD par exemple… Grâce au plan Très Haut Débit, ces nombreux dispositifs continueront de se démocratiser, et d’autres émergeront. Aussi bien en zone urbaine que rurale, la fibre optique sublime l’expérience des acheteurs et locataires, sans pour autant augmenter le coût des services rendus.

 

Charlotte B.

 

Partages