L’avenir de l’événementiel tend-il vers le digital ?

L’avenir de l’événementiel tend-il vers le digital ?

Publié le 27 juillet 2020

En constante mutation, le secteur de l’événementiel est à l’affût de nouvelles expériences. Avec des dispositifs comme la réalité virtuelle ou les appareils sensoriels, le digital offre déjà de nouvelles opportunités créatives. Mais le virtuel peut-il faire l’impasse sur les événements physiques ?

Le secteur de l’événementiel traverse actuellement une crise sans précédent. Au mois de mars, le nombre de personnes autorisées lors d’un rassemblement a rapidement chuté à dix, avant le confinement total du pays.

L’activité s’est vue contrainte d’annuler ou de reporter tous les événements physiques prévus jusqu’en juin 2020, voire début 2021 pour certains. Le numérique s’est alors présenté comme une opportunité pour rebondir. Plusieurs alternatives se sont créées à travers les visioconférences, la réalité augmentée ou virtuelle… Des concepts de plus en plus interactifs, capables de capter l’attention des participants malgré l’impossibilité d’un rassemblement physique.

Toujours en période instable, le secteur de l’événementiel continue de s’adapter en créant des instants virtuels ou hybrides.

De nombreux grands salons ont déjà fait le choix de mixer physique et virtuel pour les événements se déroulant en 2021, comme le CES (Consumer Electronics Show, salon de l’innovation technologique) ou le MWC (Mobile World Congress, congrès international du mobile). Les raisons de ces choix s’expliquent par le maintien des participations malgré les restrictions sanitaires, ou encore la possibilité d’interagir à plus grande échelle avec les participants. Au-delà de ces avantages, la version digitalisée de l’événement prend tout son sens pour deux des plus grandes conférences High-Tech au monde. Une expérience qui pourrait probablement servir de modèle à d’autres salons.

 

La force du digital 

À l’instar de nombreux secteurs, le digital offre la possibilité à l’événementiel de réinventer son expérience, pour les organisateurs comme pour les participants.

La phase de préparation d’une conférence ou d’un salon est l’occasion de clarifier les objectifs et de définir sa cible. Grâce au numérique, les organisateurs ont l’opportunité de connaître leurs consommateurs et d’anticiper leurs attentes afin de les orienter vers un parcours personnalisé.

La relation avec les clients est un atout clé pour faire durer l’événement au maximum et fidéliser les cibles. En effet, la vision ne fonctionne plus sur un seul instant mais sur le long terme. L’objectif est de construire une relation durable avec les participants et de forger sa réputation.

En ce sens, le numérique offre une ouverture au dialogue avec les réseaux sociaux, les « chat », les live ou les applications dédiées. C’est également un moyen direct pour l’utilisateur d’accéder à du contenu et de le partager. Enfin, les retombées sont plus faciles à analyser, afin d’évaluer le poids de l’événement et de réfléchir à de nouvelles pistes d’amélioration.

Les participants sont quant à eux séduits par le caractère innovant des animations proposées. Le confinement a largement contribué à cette « exode du réel », mais le virtuel s’avère être une véritable tendance de fond. En témoigne le succès du Salon Virtuel Masters, organisé le 27 avril dernier par l’Université Catholique de Lille : les contraintes du confinement ont poussé l’établissement à organiser l’événement sous forme numérique, de manière à ce que n’importe quel élève puisse se renseigner et échanger avec des professionnels au sujet de son avenir professionnel.

La marque Volkswagen fut elle aussi très réactive pour se démarquer de la concurrence. Suite à l’annulation de l’Automobile de Genève, le géant de l’auto a décidé de monter un stand virtuel, afin de permettre aux participants de découvrir les nouveaux modèles. La visite se poursuit grâce à un outil de réalité augmentée, garantissant une complète autonomie de visite.

La création de ce type de dispositifs est rendue possible par la fibre optique. En garantissant une large bande passante, fiable et sécurisée, la fibre est le nerf d’une mutation digitale. Le Très Haut Débit qu’elle génère lui permet de faire évoluer les usages de l’événementiel et d’aboutir à des innovations telles que la réalité virtuelle, l’intelligence artificielle, etc.

 

 

Et demain ? Des concepts déjà adoptés

Et si l’événement digital n’était pas qu’une substitution au réel ? Le BtoB (business to business, qui correspond au milieu professionnel) a rapidement été séduit par la flexibilité et l’accessibilité du numérique.

Ecovadis, une entreprise spécialisée dans la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), a fait le choix de réaliser Sustain, son événement annuel dédié aux achats responsables, en ligne. Pour cela, elle a créé une plateforme où les participants peuvent se connecter et interagir avec les intervenants.

Bien que le numérique corresponde aux valeurs « responsables » de l’entreprise, son usage a permis de nombreuses améliorations. « Le passage au digital n’a pris que dix jours, et nous avons multiplié notre participation par deux. En physique, cet événement n’attire habituellement que 700 personnes. Avec cette version digitalisée, nous avons enregistré 2600 inscrits venant de 57 pays différents » confie Cécile Dorvault, Global Field Marketing Director de Ecovadis.

La marque a également mis un point d’honneur à l’expérience utilisateur, de manière à ce que les participants ne prennent pas le temps de s’ennuyer. « Nous voulions proposer une expérience plus proche d’un événement physique qu’un simple webinar, et donner l’impression aux gens d’entrer réellement dans une salle de conférence. Ces derniers avaient le choix entre plusieurs espaces où ils pouvaient accéder à différents contenus, et à une partie exposition pour nos sponsors. Tout le monde a été bluffé par le résultat, et nous pensons déjà à digitaliser une partie de Sustain 2021, ainsi à organiser des événements plus petits et localisés dans les prochains mois, alors que les capacités de déplacement seront encore limitées. »

 

Mais il n’y a pas que chez les professionnels que le digital fait de fortes audiences ! Nous pouvons par exemple citer le concert One World Together At Home organisé par Lady Gaga et d’autres artistes. En collaboration avec l’OMS, l’événement fut diffusé sur Youtube et sur les réseaux sociaux, dans le but de récolter des dons. Au total, le concert a permis de collecter près de 128 millions de dollars afin de financer la recherche d’un vaccin contre le Covid19. En France, 600 000 internautes ont assisté au show.

Ces contenus riches et interactifs sont le fruit de la digitalisation de la société. La fibre optique permet à la fois de décupler les capacités de contenus pour les créateurs d’événements digitaux, et assure le confort du spectateur qui peut assister à un show ou une conférence sans « bug », ni chargement interminable. Il est d’ailleurs très fréquent pour les gamers de souscrire à un abonnement fibre, en raison du confort de jeu.

En ce sens, nous n’oublierons pas de mentionner le secteur des jeux vidéo, qui, avec la transition digitale, est en passe de devenir un lieu de divertissement. Fortnite est l’un des jeux les plus actifs en termes d’événements en ligne. S’il propose depuis quelques temps déjà, des concerts ou séances de cinéma, la licence de jeu vidéo a marqué le coup avec le concert de Travis Scott le 23 avril dernier. Pas moins de 27,7 millions de joueurs ont participé à cette expérience immersive qui mettait en scène une version géante du rappeur, dans différents univers. Il est certain que la période de confinement ait attiré de nouveaux curieux. Néanmoins, on constate que le public s’intéresse particulièrement à faire partie intégrante de la communauté et de vivre des expériences à travers celle-ci.

« Aujourd’hui, le jeu intéresse tous les publics, notamment parce que la culture populaire s’est déportée d’Hollywood aux plateformes de la Silicon Valley » Explique Stéphane Maguet, Directeur de NumerisCausa. « En ce moment, toute une génération d’utilisateurs se forme, sociabilise et se fait des souvenirs de façon virtuelle. Certes, les réseaux sociaux y sont pour quelque chose, mais l’arrivée des jeux free-to-play et massivement multijoueurs a accéléré le phénomène. »

 

Accentuée par la crise sanitaire, la digitalisation des événements s’instaure désormais comme une tendance durable. Loin de remplacer le réel, le numérique complète l’offre existante par de nouvelles innovations, interactives et créatives. Le déploiement du Très Haut Débit joue un rôle essentiel à la mise en place d’une nouvelle expérience pour les organisateurs et utilisateurs, grâce à sa technologie flexible et rapide. Aujourd’hui, de nombreux événements ont fait le choix de tendre vers une hybridation, tirant profit des avantages humains et sensoriels du réel, ainsi que de l’accessibilité et de la popularité du virtuel.

 

 

 

Charlotte B.

 

 

Partages