Les cavistes séduits par la fibre optique

Les cavistes séduits par la fibre optique

Publié le 12 octobre 2020

L’émergence des nouvelles technologies a profondément modifié nos habitudes de consommation. Si le e-commerce fait partie des plus gros changements liés à nos achats, le numérique s’est pourtant imposé dans les magasins physiques. À l’instar d’autres secteurs, le vin s’est lui aussi lancé dans une transformation digitale. Zoom sur les caves et viticulteurs connectés !

Le numérique est omniprésent dans notre quotidien. Avec la démocratisation d’internet, les commerces se sont rapidement orientés vers le numérique pour cibler de nouveaux prospects et réinviter l’expérience client.

La viticulture s’est donc tout naturellement interrogée sur la digitalisation de son secteur et sur les bénéfices que pouvaient lui apporter le numérique. Dans un premier temps, les vignerons ont utilisé le web pour accroître leur notoriété. Le site internet, par exemple, sert de véritable vitrine : il est à la fois narrateur de l’histoire des caves, témoin du savoir et répertoire des vins. Pour de nombreux professionnels, le site internet est aussi leur portail vers le e-commerce.

Bien que la visite des caves et la dégustation sont préférées des clients, le web demeure un canal de vente non-négligeable qui contribue à la renommée de certains cépages. En 2018, le marché du vin en ligne est estimé à près de 1,5 milliards d’euros, soit 10% du marché global du vin.

À l’instar du site internet, les réseaux sociaux sont au service de la relation client dans le processus de vente. Ils aident les cavistes à bâtir un lien sur le long terme avec les prospects. En ce sens, leur usage permet de directement dialoguer avec ces derniers, de mieux connaître leurs attentes et préférences, voire même de suivre l’étape post-achat.
Les outils comme Facebook ou Instagram figurent parmi les plus adaptés. Simples d’utilisation avec des fonctionnalités professionnelles, les deux réseaux sociaux les plus populaires forment des canaux de communication directs entre acheteurs et vendeurs, et sont un moyen simple d’organiser et de promouvoir des événements.

Le numérique offre une multitude de nouveaux usages pour le secteur du vin. Avec le déploiement national de la fibre optique, les cavistes ont l’opportunité d’accéder à des outils capables de dynamiser leur activité.

 

Des applications pour (re)découvrir le vin

Le vin et le digital forment un parfait mariage entre modernité et tradition. La technologie semble en effet consolider le lien entre les viticulteurs et leur clientèle. Mais celle-ci opère également à la vulgarisation du secteur : elle offre la possibilité aux amateurs d’apprendre l’œnologie grâce à des outils ludiques et intuitifs.

« La France doit impérativement prendre ce virage digital pour continuer à rayonner sur ce marché, et je suis convaincu que nos start-up ont un rôle majeur à jouer dans cette révolution. C’est par l’innovation et l’audace que le vin français pourra garantir sa suprématie et faire face à la compétitivité mondiale”, confie Laurent David, président de La WineTech, une association au service de la transformation numérique de la filière du vin.

Digital&Wine est l’une de ces start-up spécialisées dans les nouvelles technologies et le domaine viticole. Forte d’innovation, elle a déjà créé pas moins de trois applications répondant chacune à une problématique précise.

Son premier outil nommé GeoVinum, n’est autre qu’une carte interactive facilitant la géolocalisation des appellations. Alexandre Bastard, fondateur de Vitavinum et associé de Digital&Wine explique « Nous avons mis deux ans à compiler toutes les informations géographiques pour les vignobles du monde entier. ». Cette ressource a l’avantage de réunir l’ensemble des vignobles du globe afin de centraliser les recherches des utilisateurs sur un seul et même support.

ProVinum fonctionne quant à elle sur la base d’un catalogue digital. L’application est destinée aux professionnels en tant que support d’aide à la vente. Ces derniers ont la possibilité de créer leurs fiches produit, de choisir le design et si besoin de traduire automatiquement les pages. Il remplace ainsi les supports papier, dans un seul outil interactif, déclinable et multisupport.

 

Le Sommelier, dernière application de la start-up, reprend le même fonctionnement à la différence qu’elle s’adresse aux restaurateurs. Elle vient ainsi compléter le rôle du serveur dans le conseil, notamment sur les accords mets-vins. “Le personnel court souvent en salle. Notre objectif est de lui apporter un soutien sans rompre le dialogue avec les consommateurs. L’application complète le rôle du serveur sur le questionnement et les assortiments mets et vins avant d’être appuyé par un échange.” ajoute Alexandre Bastard.

Ces trois applications complémentaires souhaitent démocratiser les connaissances autour du vin. Ces notions accessibles viendront aiguiller les clients pour choisir un vin en fonction de leurs préférences. De plus, elles serviront de support aux professionnels pour conseiller et orienter les accords mets-vins.

 

Les caves et lieux de vente, en voie de digitalisation

Le numérique a l’avantage de faciliter le parcours client. Aujourd’hui, les amateurs de vins ont le choix de commander en ligne, de se rendre en boutique ou directement chez les producteurs.
L’e-commerce séduit de nombreux consommateurs pour son aspect pratique et novateur. Pour autant, l’achat en ligne n’est pas près de faire de l’ombre aux cavistes.

En effet, la vente physique reste préférée par la majorité des consommateurs. En cause, l’aspect humain qui ponctue la vente d’un véritable échange entre acheteur et vendeur. Les clients peuvent bénéficier de nombreuses informations sur les vins, accompagnées par de précieux conseils. Aussi, avec l’aide d’un professionnel, il sera plus aisé de dénicher un vin en fonction d’une envie particulière avec pourquoi pas, une dégustation en complément.

Pour autant, le web n’est pas dépourvu d’avantages : rapidité, simplicité d’utilisation, interactivité et animations ludiques. C’est donc avec l’intention de combiner l’ensemble des bénéfices du web et de la vente physique que les caviste et revendeurs intègrent des dispositifs numériques au sein de leurs lieux de vente.

 

À Quimper, la cave le Vin o’vert se veut l’une des premières caves connectées. L’établissement est équipé d’un appareil à dégustation digitalisé pour découvrir, comparer et choisir le bon vin ! L’Enomatic contient 16 références de vin que les clients peuvent goûter au moyen d’une carte créditée, délivrée par le personnel. Les bouteilles sont parfaitement conservées dans l’appareil, maintenu à bonne température.
Vin o’vert propose également une petite restauration sur place : des planchettes de fromages et de charcuteries pour accompagner les vins, le tout dans une salle annexe de trente couverts.
Dans cette cave de près de 300 références, le gérant Fabien Gahinet, a préféré opter pour une dégustation atypique et ludique « « L’idée est de prolonger le travail du caviste en donnant la possibilité au client de goûter le vin avant. Je souhaitais rester sur mon cœur de métier qui est caviste. C’est pour cela que ce n’est pas un bar à vin mais une salle de dégustation »

Le numérique permet d’offrir une nouvelle expérience aux amateurs de vin. Pour élaborer de tels environnements connectés, la fibre se trouve être un outil de choix. Disposant d’une large bande passante, elle délivre un Très Haut Débit permettant de faire fonctionner différents appareils en réseau de manière simultanée, sans perte de signal. La transmission des données est plus fluide et rapide pour un niveau de service optimal.

La Nouvelle Cave, la boutique de Cdiscount et de Casino se veut encore plus novatrice. Véritable cellule de l’innovation, cet espace de 125 mètres carrés comprend près de 650 références dans un environnement en « rupture » avec les caves classiques. Ici, la décoration est épurée, avec quelques touches industrielles. Mais sa plus grande différence réside dans les nombreux dispositifs connectés installés aux quatre coins de la boutique. Plusieurs bornes sont à disposition des clients afin qu’ils puissent découvrir l’ensemble de l’offre. Lorsqu’un produit est choisi, un chemin de led s’illumine jusqu’à son emplacement. Ces mêmes tablettes permettent également de consulter le site de Cdiscount, premier caviste en ligne français, avec plus de 7000 références.

Une hésitation entre deux bouteilles ? Les consommateurs peuvent consulter les avis des autres acheteurs grâce aux étiquettes électroniques des produits. Un achat prêt à être dégusté ? Le lieu s’est doté d’un « chiller » qui permet de refroidir en quelques minutes la bouteille de son choix.

En s’équipant de la fibre optique, la Nouvelle Cave a mis l’accent sur l’expérience. Ouverte depuis un an, l’enseigne du groupe Casino et Cdiscount est un véritable succès. Disruptive, elle a su attirer les amateurs de vins par une approche nouvelle qui combine physique et digital. Quant à l’humain, il occupe toujours une place prépondérante dans la boutique, en se consacrant pleinement au conseil.
Bien que l’établissement soit un exemple de cave ultra connectée, de nombreux viticulteurs pourraient s’en inspirer. Le numérique intervient comme un moyen de renouveler son offre commerciale et de s’ouvrir à une nouvelle clientèle.

 

Sur ordinateur, smartphone, tablette, ou directement chez les cavistes, le numérique réinvente les codes de la viticulture. Dans un environnement de plus en plus digitalisé, le monde du vin a su apprivoiser la transformation digitale en inventant de nouveaux usages. Par le biais de la fibre optique, une nouvelle expérience est disponible pour le client ! Amateur ou connaisseur, il a la possibilité de redécouvrir les cépages au travers de cartographies interactives et de catalogues en ligne.
En cave, le digital permet de tirer les meilleurs avantages du physique et du web. En ce sens, le parcours d’achat est plus fluide et personnalisé, de manière à orienter le consommateur vers le produit qui lui correspond le mieux.

 

 

 

 

Charlotte B.

 

 

Partages