On fait quoi avec la fibre à Halloween ?

On fait quoi avec la fibre à Halloween ?

Publié le 19 octobre 2020

Halloween approche à grands pas ! En raison d’une situation sanitaire toujours complexe, la plupart des événements en lieu clos ne pourront malheureusement pas avoir lieu. Sommes-nous condamnés à nous passer d’épouvante le 31 octobre prochain ? Voici un petit programme 100% numérique qui risque de vous faire frissonner d’envie !

 

Bien loin de la chasse aux bonbons, Halloween reste avant tout une fabuleuse soirée pour se faire peur ! Et si le numérique vous proposait une nouvelle expérience ?

Cette année, on vous promet que ce n’est pas votre connexion qui vous fera hurler d’horreur ! Et pour cause, la fibre optique poursuit son déploiement en France. Plus de la moitié des Français y sont déjà éligibles !
En effet, le Plan France Très Haut Débit lancé en 2013 a pour objectif de raccorder l’ensemble du territoire d’ici 2022. Initiée par l’Etat et les collectivités locales, cette mesure vise à corriger les disparités de connexion, en offrant un accès au Très Haut Débit à tous les Français.

Avec des usages de plus en plus novateurs, internet est devenu omniprésent dans notre quotidien. Le confinement fut d’ailleurs révélateur d’une véritable transition digitale au sein de notre société : e-commerce, films et séries, jeux vidéo, e-santé, cours en ligne (e-learning), etc. En conséquence, les opérateurs ont constaté une très forte hausse des abonnements fibre depuis le début de la crise sanitaire avec au total près de 8,5 millions de foyers raccordés. Alors, qu’est-ce qu’on fait avec la fibre à Halloween ?

 

Les films d’horreur : classiques mais indémodables 

Rendons-nous à l’évidence, Halloween ne garantit pas la meilleure météo pour mettre le nez dehors ! Alors, pourquoi ne pas passer une soirée sur son canapé, avec un plaid et une bonne boisson chaude ?
Fermez les volets, verrouillez la porte et laissez vous embarquer pour l’indémodable soirée films d’horreur !

À l’occasion du 31 octobre, de nombreuses plateformes de streaming ont concocté une compilation de films d’épouvante. Pour les abonnés à Netflix, il est temps de revisionner les classiques tels que Shining, Vendredi 13, Scream, Chucky, Freddy : les griffes de la Nuit, ou encore La Maison de Cire. Plus récemment, Conjuring, Annabelle, the Forest, Hostel ou le récompensé Get Out vous feront frissonner !
Enfin, pour ceux ayant prévu une longue soirée, Netflix propose de vous plonger dans les séries American Horror Story, Ratched, Sabrina, IZombie ou la glaçante réalisation française Marianne.

Pour les cinéphiles qui aiment avoir peur, mais pas trop, Disney+ possède également quelques longs-métrages sur le thème d’Halloween dans son catalogue. (Re)découvrez les trois célèbres sorcières d’Hocus Pocus, ou les aventures du roi des citrouilles dans l’Etrange Noël de Monsieur Jack !

 

Ambiance macabre du côté des jeux vidéo 

Vous avez déjà balayé l’offre cinéma ? Devenez plutôt « acteur » de l’expérience ! Console ou PC, la scène du jeu vidéo réserve également son lot d’événements horrifiants !

Comme chaque année, Fortnite compte fêter le 31 octobre par un événement unique en son genre. Les Fortnitemares, contraction de Fortnite et « nightmares » (cauchemars), offrent la possibilité aux joueurs de collectionner des objets inédits et d’exploiter une toute nouvelle façon de jouer : en plus d’avoir à s’affronter entre eux, les joueurs devront rester attentifs pour ne pas se faire surprendre par des monstres qui profiteront de brèches pour apparaître sur la carte et en finir avec les plus étourdis.
Epic Games prévoit également de faire revenir le célèbre Midas, personnage du chapitre 2, sous forme de zombie. De joyeuses retrouvailles mêlées à une horde de morts-vivants, qui viendront pimenter les nouveaux défis à relever !

 

Le jeu Borderlands compte lui aussi célébrer comme il se doit, la fête la plus sombre de l’année ! Suite au succès de l’édition précédente, la licence compte recréer un événement digne de ce nom, qui s’intègre parfaitement dans l’univers du jeu. Baptisé « La Récolte Sanglante », les joueurs auront la possibilité d’affronter le Capitaine Haunt et son armée dans le but d’obtenir de nouvelles récompenses. L’événement est gratuit, et se tiendra jusqu’au 5 novembre.

Du coté des nouveaux jeux, Pumpkin Jack fait partie des incontournables pour cette période d’Halloween ! Disponible le 23 octobre, ce jeu de plateforme 3D plonge les joueurs dans un sinistre univers cartoonesque. À eux d’incarner Pumpkin Jack, un effrayant personnage à la tête de citrouille, dont le but est de suivre la volonté du Diable et d’anéantir le Bien.

Song of Horror promet quant à lui une ambiance bien plus horrifique. Bien loin des zombies ou monstres imposants, le jeu s’articule autour d’une présence maléfique au sein du manoir d’un écrivain à succès. Après le silence radio de celui-ci, Daniel – incarné par le joueur- est chargé de mener l’enquête autour de la disparition. Les créateurs se sont inspirés des tous premiers jeux d’horreurs aux énigmes complexes et aux plans longs, laissant lentement s’installer une angoisse pesante. Song of Horror sortira le 29 octobre prochain, même si on vous conseille de le tester le 31 !

 

Immersion dans l’horreur

Amateur de sensations ? On vous aura prévenu, Halloween 2020 risque d’être particulièrement terrifiant !
Aujourd’hui, les avancées technologiques permettent d’entrer totalement en immersion dans des univers imaginaires. Quelle meilleure période que celle-ci pour repousser ses peurs et flouter la frontière entre virtuel et réel ?

En ce sens, la réalité virtuelle permet de se plonger au cœur d’un scénario en incarnant nous-même le héros de l’histoire.
Dans la nouvelle édition Blair Witch pour Occulus Quest, le scénario se base sur le célèbre et très angoissant univers du film au même nom. Tout spécialement adapté à la réalité virtuelle, le jeu vous invite à partir sur les traces des sorcières de Blair, dans la forêt et à la seule lueur d’une lampe de poche. Plus interactif qu’un jeu « classique » console ou PC, la réalité virtuelle imprègne le jouer de cet autre monde, en poussant plus loin sa perception et ses sens. Ainsi, il est possible d’explorer les décors en 360°, d’interagir avec son chien Bullet (le caresser, lancer un bâton…), d’écrire des notes manuellement, etc. Une expérience immersive et terrifiante qu’on laisse volontiers aux plus courageux…

De l’autre coté de la frontière cette fois, le célèbre parc d’attraction allemand Europapark propose depuis peu un nouveau format en réalité virtuelle nommé Yullbe. Ce nouveau divertissement situé à coté du parc permet aux visiteurs d’incarner un personnage et de jouer en famille ou entre ami.
Pour Halloween, l’attraction propose l’épisode « Traumatica » dans un univers post-apocalyptique. L’intrigue s’articule autour d’une force résistante affrontant des créatures horrifiques. Le but ? Survivre plus de 10 minutes dans ce chaos total, qui saura en faire trembler plus d’un !

Même pas peur ? La dernière expérience que nous vous proposons est aussi la plus terrifiante ! Situé dans les locaux de Terragame à quelques kilomètres de Paris, Le Manoir des Damnés dévoile un nouveau mode de jeu en hyper-réalité virtuelle. Contrairement à Blair Witch ou Traumatica, les joueurs sont amenés à parcourir un terrain de près de 700m² : les murs sont réels, au même titre que les portes, leviers, fenêtres ou objets-clés. Une façon de jouer qui accentue le toucher et le sens de l’orientation, réduisant une nouvelle fois la frontière entre réel et virtuel.

Formez votre équipe et partez au secours d’un jeune fille fantôme et de ses deux frères, pour les sauver d’une présence démoniaque dans le manoir. Un ordinateur et un fusil mitrailleur seront plus qu’utiles pour remplir les quêtes, se repérer et se défendre contre les créatures surnaturelles qui apparaîtront.
« On a été bluffé ! L’immersion est totale et absolue ! […] on reste sidéré par le travail de réalisation et les effets » témoigne la rédaction de Sortir à Paris.

À l’instar des films et séries en streaming ou des jeux vidéo, la réalité virtuelle nécessite une bande passante suffisante pour assurer un fonctionnement fluide. Avec des graphismes riches et des fonctionnalités poussées, les jeux VR (réalité virtuelle) échangent une quantité phénoménale d’informations lors de leur utilisation. L’univers immersif et multisensoriel nécessite une capacité de transmission assez importante pour faire le lien entre les serveurs et le casque.
Ainsi, même pour un rendu en basse résolution, la vision en 360 degrés requiert un débit minimum de 25 Mb/s. Une expérience immersive avec une fluidité de mouvement et des graphismes optimisés, par exemple, débute à partir de 600 Mb/s. En ce sens, une connexion ADSL classique ne suffirait pas à assurer les usages de la réalité virtuelle. En revanche, la fibre optique se trouve être l’infrastructure la plus développée. Sa puissance répond aux exigences des technologies virtuelles, sans perte de signal.

 

Pour ce 31 octobre, le numérique offre une multitude de choix à tous les amateurs d’épouvante ! Films, séries, jeux vidéo ou réalité virtuelle dessinent un baromètre de sensations. Pour chacune de ces activités, la fibre vient améliorer le confort des spectateurs ou participants, en leur permettant notamment de visionner, jouer ou interagir de manière rapide et simultanée. Et vous, vous faites quoi avec la fibre ce Halloween ?

 

 

 

 

 

Charlotte B.

 

 

Partages