Comment la fibre arrive-t-elle jusqu’à l’abonné sur un Réseau d’Initiative Publique ?

Comment la fibre arrive-t-elle jusqu’à l’abonné sur un Réseau d’Initiative Publique ?

Publié le 1 juillet 2021

La fibre optique ? Tout le monde en parle ! Ce fil de verre est en passe de devenir la principale infrastructure chargée de transmettre nos données ! En effet, son déploiement intervient par la création de Réseaux d’Initiatives Publiques (RIP) sur tout le territoire, dans le cadre du Plan France Très Haut Débit. Mais comment ce câble aussi fin qu’un cheveu arrive-t-il chez l’abonné ? Zoom sur le parcours et les principales infrastructures de la fibre !

Souvent comparée à un cheveu, la fibre optique est un fil de verre très fin dans laquelle circule de la lumière. Ces impulsions lumineuses transmettent de manière ultra-rapide des millions de données d’un point à un autre. A la différence de l’ADSL, la fibre va plus vite et permet de supporter des flux d’informations bien plus conséquents. On parle alors de Très Haut Débit, pour tout débit supérieur à 30 Mégabits par seconde.

Pour amener une telle connexion sur tout le territoire, L’Etat a lancé le Plan France Très Haut Débit en 2013. Son objectif est de corriger les inégalités de débit, en faisant des zones blanches et mal desservies une priorité. C’est dans ce cadre qu’interviennent les Réseaux d’Initiative Publique (RIP) : des projets portés par les collectivités afin de mettre en place un réseau fibré.

 

Ces derniers complètent les opérateurs privés (Orange, Free, SFR…) qui présentent peu d’intérêt commercial à déployer la fibre dans certaines communes. Cette timide manifestation des Fournisseurs d’Accès Internet (FAI) peut également s’expliquer par des zones très peu denses ou difficiles à fibrer.

 

Les RIP en France

En France, on comptabilise 97 RIP, d’après les chiffres de l’AVICCA fin 2019. Ensemble, ils ont pour mission de fibrer 69% du territoire afin d’apporter le Très Haut Débit.

S’ils possèdent tous cet objectif commun, les RIP n’en restent pas moins très différents. Leur taille, par exemple, est assez variable. Ils peuvent couvrir d’une Communauté de Communes telle que Covage Europ’Essonne pour Paris-Saclay, à plusieurs départements, comme par exemple Poitou Numérique (79 et 86) ou Ardèche-Drôme Numérique (07 et 26). Présent dans sept départements de la Région Grand-Est (08, 10, 51, 52, 54, 55, 88), Losange est le plus grand d’entre eux.

Par ailleurs, les collectivités en charge des RIP ne s’occupent pas elles-mêmes de la construction ou de l’exploitation du réseau (sauf pour quelques exceptions). Celles-ci délèguent ces missions à des opérateurs d’infrastructures comme Covage, Altitude Infra, Axione, Orange, SFR Collectivités ou TDF. Une fois construits, les réseaux sont empruntés par les FAI afin de commercialiser leurs offres internet.

Grâce à cette initiative, l’ensemble des Français disposera d’une connexion Très Haut Débit d’ici 2025. Mais comment la fibre arrive-t-elle jusqu’à l’abonné ? Quelles sont les infrastructures qui composent les RIP ?

 

Le cheminement de la fibre jusqu’à l’abonné 

Avant d’arriver chez l’abonné, les données empruntent un long chemin. Leur parcours s’apparente d’ailleurs au trafic routier : on part des grands axes mutualisés (autoroute) afin d’arriver jusqu’à la box internet (le domicile).

 

 

Le NRO

Le Nœud de Raccordement Optique (NRO) est le premier maillon du réseau. Véritable cœur du maillage optique, son rôle est de faire le lien entre le POP (Point de présence opérateur, rattaché au réseau national) et le RIP auquel il appartient.
Le NRO est un local technique abritant les infrastructures des opérateurs afin de distribuer les connexions optiques. Il couvre généralement une zone assez dense (environ 15 km à la ronde) jusqu’au Sous-Répartiteur Optique, seconde infrastructure du réseau. 

SRO

Le Sous-Répartiteur Optique (SRO) est un point de brassage du réseau. Souvent située dans l’enceinte des communes, cette armoire de rue va faciliter la répartition des lignes jusqu’à l’abonné. Pour cela, le SRO répartit les liaisons optiques aux différents PBO qui lui sont affiliés.

PBO

À l’instar du NRO et du SRO, le Point de Branchement Optique (PBO) est une infrastructure appartenant au domaine public. Au plus proche de l’habitation, il est la dernière installation avant le raccordement chez l’abonné. Le PBO peut se situer en aérien (façade ou poteau) ou en sous-terrain (chambre) pour les maisons individuelles. Dans un immeuble de plus de quatre logements, il se trouve généralement dans les parties communes du bâtiment, au niveau de la colonne montante. Quelques exceptions sont néanmoins appliquées lorsque le point de branchement ADSL se trouve sur la façade : le PBO est donc installé à ce niveau.

PTO

Dernier équipement du réseau, la Prise Terminale Optique relie le réseau fibre public au logement de l’abonné. Il constitue donc une infrastructure privée située à l’intérieur du logement, le plus souvent proche de la box internet.

Après avoir vérifié son éligibilité à la fibre optique, l’abonné doit préalablement prendre contact avec un Fournisseur d’Accès Internet afin de se raccorder. Un technicien viendra ensuite installer la PTO tout en préservant l’esthétique des lieux. Il ne reste qu’à brancher la box pour bénéficier d’une connexion Très Haut Débit et de tous ses usages !

 

 

Charlotte B.

 

 

 

 

Partages