L’Estonie : une administration numérique au service des citoyens

L’Estonie : une administration numérique au service des citoyens

Publié le 13 septembre 2021

Au Nord-Est de l’Europe, un petit pays impressionne de part son avancée technologique. Démarches en ligne, e-santé, éducation à distance, solutions de transports… L’Estonie a réussi le pari de devenir une démocratie numérique au plus proche des citoyens. Zoom sur le modèle qui inspire les autres pays de l’Union Européenne.

Pour l’ensemble des citoyens estoniens, le numérique fait intégralement partie du quotidien. Depuis les années 90, ce pays d’Europe du Nord a misé sur des nouvelles technologies pour faire évoluer son économie et sa démocratie. Aujourd’hui, il est classé société numérique la plus avancée dans le monde, selon le magazine Wired. Mais pourquoi cette république Balte d’à peine cent ans est devenue une référence de la transformation digitale ? Pour le savoir, il faut tout d’abord comprendre l’histoire de l’Estonie.

 

Une forte culture numérique pour un jeune pays d’Europe

C’est à la fin de la seconde guerre mondiale, lors du traité de Versailles, que l’Estonie est mentionnée pour la première fois. S’en suivent plusieurs conflits durant lesquels le pays sera occupé par l’Allemagne, puis intégré de force dans l’URSS. En 1991, l’indépendance est proclamée après la chute du régime communiste russe.

En plein renouveau, l’Estonie doit repenser l’intégralité de son fonctionnement. Le gouvernement profite de cette opportunité pour mettre en place une administration numérique, en totale disruption avec le système soviétique. Le pays se lance alors dans la construction d’infrastructures et dans un programme d’apprentissage digital. Appelé « Saut du Tigre », ce projet initiera le déploiement de la fibre optique, la généralisation du Wifi dans les espaces publics et le pilotage du projet 5G à l’échelle européenne.

Aujourd’hui, alors que 85% de la population a déjà accès au Haut Débit, le pays vient de signer un accord avec Eesti Energia et la Banque Européenne d’Investissement pour financer le déploiement d’un nouveau réseau fibre optique. Une infrastructure indispensable pour élargir les usages du numérique, toujours plus nombreux.

En effet, l’Estonie dispose d’une configuration complexe. Grand comme la Belgique et les Pays-Bas réunis, le pays ne compte qu’1,3 million d’habitants. Une densité de population parmi les plus faibles d’Europe avec 27 habitants/km², rendant l’accès aux services (administration, santé, éducation…) plus difficile. En comparaison, la densité de la France est de 117 habitants/km².

En ce sens, la stratégie adoptée par l’Etat estonien est de fédérer le territoire avec des services numériques, accessibles et équitables, tout en optimisant les dépenses. La dématérialisation permet de réaliser une économie de coûts tout en répondant à cette problématique de manière efficace. Ainsi, l’Etat se positionne comme une plateforme de services au bénéfice de tous les citoyens.

 

 

Une gouvernance numérique, au service des citoyens

Dès le début des années 2000, le gouvernement a fait appel aux start-up pour créer sa plateforme digitale. Nommée X-Road, cette solution est l’épine dorsale de l’administration estonienne. Elle permet notamment aux citoyens d’avoir accès à une pluralité de services en ligne, grâce aux échanges sécurisés entre organismes publics et privés.

La carte d’identité électronique et la déclaration des impôts en ligne ont été le point de démarrage de X-Road. Depuis, les services se sont étendus touchant ainsi l’éducation, les transports, le vote, les banques… A ce jour, grâce à la fibre optique et aux autres infrastructures numériques, 99% des services administratifs se font en ligne. Un vrai bénéfice pour tous les individus, et plus particulièrement ceux qui vivent en zone peu dense voir complètement isolée.

Plus de désertification médicale non plus ! Les services de soins ont eux aussi pris le virage du digital. La e-santé offre l’opportunité de prendre rendez-vous avec des praticiens se trouvant souvent loin. Les ordonnances sont dématérialisées et il suffit de présenter sa carte d’identité numérique en pharmacie pour que le personnel ait accès aux prescriptions. Cette méthode confère une authentification sûre et sécurisée, sans alourdir les démarches pour les citoyens.

Seuls trois cas dérogent à la règle : les mariages, les divorces et les achats immobiliers ne peuvent avoir lieu en ligne. À l’exception de ces situations, les procédures facilitent la vie des particuliers et des entreprises. Quant à l’Etat estonien, cette stratégie territoriale lui permet d’être au plus proche du citoyen et de maintenir des décisions politiques rapides et constantes. Par ailleurs, c’est une économie de temps et d’argent. Par an, l’Estonie économiserait 2% de son PIB via la dématérialisation et éviterait l’impression de plusieurs Tour Eiffel de papier. De quoi inciter d’autres pays européens à suivre ce modèle !

 

 

De la cybersécurité à l’hébergement des serveurs de l’OTAN.

Face à ses importants échanges de données, l’Estonie se prémunie contre les cyberattaques. En 2007, le pays a déjà été victime d’un piratage de grande ampleur, perturbant ainsi les services administratifs pendant plus de deux semaines.

De plus, la transformation digitale à l’échelle mondiale accroît les menaces. Du simple espionnage au détournement de données, les conséquences peuvent rapidement être lourdes. La cybersécurité est donc l’un des défis les plus importants auxquels sont confrontés les états en voie de digitalisation. Il s’agit d’assurer un service fiable et sécurisé pour tous les citoyens.

Pour éviter une nouvelle crise, l’Estonie a ouvert une ambassade de données au Luxembourg. Sous la forme d’un cloud, cette solution vise à héberger des serveurs en dehors de son territoire. Celui-ci permet d’avoir des copies d’informations et d’assurer la continuité de son organisation en cas d’attaque. Désormais spécialisé dans la sécurité des données, le pays balte héberge le centre de cybersécurité de l’OTAN. Par ailleurs, en renforçant son expertise, l’Estonie a commencé à proposer des e-services aux autres pays européens. Plusieurs états, comme la Finlande, ont déjà signé des accords afin de déployer un système administratif ultra-sécurisé.

 

Et si l’Estonie était le modèle à suivre ? Malgré le peu de zones denses et une forte ruralité, le pays balte a su se rendre dynamique et attractif. Grâce au déploiement de la fibre optique et d’autres structures télécom sur tout le territoire, le gouvernement a pu mettre en place une administration où la quasi-totalité des démarches se font en ligne. Un système égalitaire qui permet à la fois de faciliter le quotidien des estoniens et d’attirer les entreprises grâce aux démarches simplifiées.
En portant le numérique comme un projet social et sécurisé, l’Estonie inspire de nombreux autres pays européens. L’ancien premier ministre Edouard Philippe s’était rendu sur place pour échanger à ce sujet avec le gouvernement local. Avec l’avancée du Plan France Très Haut Débit, l’administration française pourrait bien suivre ce modèle, offrant un service égal et accessible à tous les Français.

 

Charlotte B.

 

 

 

 

Partages