Le musée immersif Yves Rocher

Le musée immersif Yves Rocher

Publié le 2 novembre 2020

Le numérique continue de séduire le monde de la culture. À la recherche d’une nouvelle expérience, les visiteurs, habitués des musées ou non, semblent s’éprendre de ces arts immersifs. Zoom sur la Maison Yves Rocher à La Gacilly, un musée unique combinant nature et digital.

 

Pionnier dans l’industrie de la beauté en France, Yves Rocher œuvre depuis plus de 50 ans pour élaborer des cosmétiques à base de produits naturels. Avec près de 300 millions de produits vendus chaque année, la marque possède près de 1 700 boutiques dont 512 dans l’hexagone.

L’entreprise de cosmétique a toujours suscité une certaine curiosité quant à son histoire et ses secrets de fabrication de ses produits. Autrefois, les usines ouvraient leurs portes pour quelques visites, mais cette idée fut dépassée par de nombreuses contraintes sanitaires et sécuritaires.
Pour répondre à ce besoin de découverte, la marque a inauguré La Maison Yves Rocher en 2017 à La Gacilly, dans le Morbihan. Installé dans le village natif de Yves Rocher, ce musée assure également un rôle de conteur en retraçant l’histoire de l’entreprise familiale.

Ce vieux moulin restauré accueille les visiteurs dans un environnement unique, entre le plan d’eau et le jardin botanique de près de deux hectares. Le lieu accueille également un restaurant « le Végétarium » ainsi qu’un institut-boutique. Un endroit au cœur de la nature, idéalement placé pour faire découvrir l’univers de Yves Rocher et celui de la cosmétique végétale.

 

Un musée unique

Si l’environnement enivre les visiteurs dans une nature abondante, le musée promet quant à lui une expérience encore plus immersive.
À travers plusieurs espaces distincts, le public pourra découvrir le grenier dans lequel furent créées les premières émulsions, le Génie du végétal, puis les coulisses des cosmétiques naturels. Enfin, la visite s’achèvera par une série de portraits de femmes inspirantes, sortes de muses pour la marque.

La particularité de la Maison Yves Rocher s’articule autour de la scénographie des expositions et des ateliers. Afin d’illustrer une nature incroyable et de vulgariser le process industriel, le moulin se veut totalement immersif. Les jeux de lumières, les installations olfactives, ou encore les projections sonores guideront les visiteurs dans un moment sensoriel qui aborde la marque sous un tout nouvel angle.

Ce parcours-spectacle de 45min vise à partager une véritable expérience aux visiteurs. Yves Rocher laisse ainsi le public s’imprégner de ses valeurs et le sensibilise au plus proche de son combat : reconnecter les femmes et les hommes à la nature.

L’élaboration de cette promenade sensorielle a nécessité la mise en place d’installations sur-mesure. L’ensemble de ces supports connectés ont fait l’objet d’une scénographie spécialement créée pour Yves Rocher. Quant aux écrans et projections visuelles, ceux-ci épousent parfaitement l’architecture du lieu grâce à des calculs millimétrés. Pour ce faire, les 460m² du musée ont nécessité un raccordement à la fibre optique. Cette technologie offre, en effet, un débit très élevé et symétrique permettant de couvrir des besoins importants comme la gestion d’appareils connectés ou la domotique du bâtiment. Le Très Haut Débit garanti la fluidité du spectacle avec des images et sons toujours en très haute définition.

La fibre permet ainsi d’accéder à ce voyage sensoriel. Une ode à la nature qui dépasse largement l’aspect « commercial » de l’entreprise. Yves Rocher diffuse ses valeurs et offre un véritable moment de partage à ses visiteurs. A l’instar de ses gammes cosmétiques, la marque s’illustre comme fidèle à la tradition tout en étant tournée vers le développement.

 

La croissance des procédés immersifs dans le domaine culturel

Si la Maison Yves Rocher a su dévoiler un véritable spectacle sensoriel en son sein, elle n’est pourtant pas la seule structure à s’intéresser aux technologies immersives.
Le monde de la culture est de plus en plus friand de ce type d’installations, qu’il s’agisse d’expositions permanentes ou temporaires. Les musées et autres structures culturelles cherchent avant tout à faire vivre une véritable expérience aux visiteurs.

Il s’agit de laisser le public s’imprégner des œuvres, de les vivre. Par conséquent, l’emploi de sons, lumières, textures ou parfums permettent d’amplifier les émotions, par rapport à une exposition « classique ».
Assister à l’exposition Van Gogh de l’Atelier des Lumières à Paris permet de donner une toute nouvelle dimension aux œuvres originelles de l’artiste, par exemple : cet espace aux larges volumes est tapissé de projection d’œuvres. Impressionné, le public fait littéralement partie de tableau rendu vivant par des mouvements et jeux sonores. « Une superbe expérience ! On en prend plein les yeux. C’est magique de se sentir dans la toile, entourée sur tous les murs, le sol des couleurs, les détails de peintures. Par moment, c’est un vrai éblouissement, on est transporté et le choix des musiques y contribue grandement. » raconte Sophie, après avoir assisté à l’exposition.

LIRE AUSSI : La fibre optique, à l’origine d’une nouvelle médiation culturelle dans les musées

Ces nouvelles animations artistiques attirent de nombreux curieux, parmi lesquels des individus peu habitués des musées.
L’art immersif attirerait-il une nouvelle cible ? Cette médiation culturelle se rapproche davantage du divertissement de par son caractère innovant et différenciant. Les œuvres paraissent plus faciles d’accès, brisant certains stéréotypes autour des publics de l’art. En ce sens, le monde de la culture pourrait séduire de nouvelles personnes, y compris des enfants, des publics marginaux ou des personnes malvoyantes. Vulgarisées, décodées et multisensorielles, les expositions immersives laissent place à une interprétation encore plus grande.

Face au succès rencontré par cet art imprégné de nouvelles technologies, le gouvernement français souhaite s’engager pour le développer. Le Ministère de la Culture avait déjà lancé un appel à projet pour les « Nouveaux usages numériques culturels » en 2012. Depuis, il poursuit ses actions (séminaires, investissements…) pour promouvoir le digital dans le patrimoine culturel français.

 

Alliant parfaitement technologie et tradition, le musée Yves Rocher a su retranscrire l’histoire et l’univers singulier de la marque. Les installations immersives lui confèrent une certaine magie, dépassant alors la simple fonction marchande de la marque, un véritable moment intime avec les clients.
Résultant d’infrastructures fibrées, les expositions et spectacles immersifs ne cessent de se développer dans le monde de la culture. Si Yves Rocher fait office d’exemple pour les marques, le monde de l’art semble s’en accommoder. Les nouveaux usages du numérique permettent d’offrir une véritable expérience au public, accessible, ludique et sensorielle.

 

Charlotte B.

 

 

Partages