La télémédecine va-t-elle poursuivre sa progression après la crise sanitaire ?

La télémédecine va-t-elle poursuivre sa progression après la crise sanitaire ?

Publié le 30 juin 2020

À l’instar du télétravail, la télémédecine s’est largement développée pendant l’épidémie du Covid-19. Un moyen efficace de répondre aux besoins de santé tout en respectant la distanciation sociale. Suite au déconfinement, la consultation à distance deviendra-t-elle une alternative aux rendez-vous en cabinet ?

 

Depuis le 17 mars, les applications de télémédecine ont connu une croissance exponentielle de fréquentation. On estime que chaque semaine, plus d’un million de consultations ont été réalisées en France. Ce comportement s’explique à la fois par le souhait de rassurer les patients et par la volonté de désengorger les cabinets médicaux afin d’éviter la propagation du virus.

La crise sanitaire a bousculé les habitudes des médecins, jusqu’ici peu présents sur les plateformes de télémédecine. “Nous avons eu des retours très positifs de la part des médecins. Avant le confinement,  5000 praticiens se servaient de cet outil. Aujourd’hui, ils sont 40 000, dont 30 000 généralistes. La plupart continueront” confie Nicolas Revel, Directeur de l’Assurance Maladie, au JDD.

Le Dr. Thierry Labarthe, médecin généraliste, explique quant à lui « Je suis plutôt conservateur dans la consultation, mais je comprends que c’est un réel apport pour les patients et les personnels soignants ».

En effet, la télémédecine se trouve également être une solution avantageuse pour les patients. La plateforme Doctolib a, par exemple, recensé plus de 800 000 nouveaux patients pendant l’épidémie. La facilité de prise de rendez-vous, l’absence de déplacement ainsi que l’accès aux praticiens spécialisés poussent les consultations vidéo à se développer partout en France.

Lire aussi : Doctolib, leader des plateformes de rendez-vous médicaux

 

À l’heure où la désertification médicale dans les campagnes est un véritable sujet de société, la démocratisation de la télémédecine vient pallier le manque de praticiens. Près de 5,3 millions de Français font face au manque d’accès aux soins de proximité.

L’e-santé est l’un des enjeux portés par le déploiement de la fibre optique sur tout le territoire. En apportant un accès Très Haut Débit à tous les usagers, l’Etat et les collectivités locales comptent réduire les disparités liées à la santé. Par ailleurs, la fibre optique offre une meilleure performance aux utilisateurs en leur apportant rapidité et fluidité aux consultations.

Dans le département de la Creuse, par exemple, plus de la moitié des médecins se sont initiés à la télémédecine pendant le confinement, dans le but de répondre aux besoins de tous les patients. La CPAM 23 vient d’ailleurs de lancer une campagne à la destination des individus de plus de 70 ans qui n’auraient pas vu leur médecin depuis plusieurs mois. Cette opération encourage les personnes âgées, plus vulnérables, à privilégier les consultations vidéo.

 

La télémédecine : la consultation de demain ?

La consultation à distance est déjà appliquée depuis quelques années, surtout en zones rurales. La crise sanitaire a permis à de nombreux professionnels de santé de découvrir cette pratique, et de la proposer en complément des consultations physiques.

Les patients, plus rassurés par un diagnostic à distance, se sont également montrés confiants et satisfaits de la télémédecine. « On a l’impression d’avoir un médecin à domicile » confie Virginie, qui a récemment testé la pratique. « On peut échanger avec notre médecin de façon rapide et il peut notamment nous délivrer une ordonnance sans avoir à attendre un rendez-vous ».

Depuis le déconfinement, les patients continuent de se rendre sur les plateformes de santé pour procéder à leur consultation. Quant aux cabinets, ils retrouvent eux aussi leur clientèle, bien que prudente et moins régulière qu’auparavant.

Il semblerait que la plupart des nouveaux utilisateurs de la télémédecine continue de privilégier cette méthode, au moins de manière ponctuelle. Elle serait plus pratique et rapide pour des symptômes bénins ou pour renouveler une ordonnance. Également utile dans le cadre de préconsultations, la télémédecine permettrait aux patients de consulter instantanément un praticien, tout en anticipant de futurs rendez-vous médicaux : un procédé qui ferait à la fois gagner du temps au médecin et au patient.

Les consultations à distance permettent de répondre aux problématiques de désertification médicale et de saturation des cabinets et des urgences. Elles comportent ainsi de nombreux avantages pour les patients et praticiens. Pour autant, la télémédecine ne remplacera pas tous les actes médicaux. Certains cas nécessitent des auscultations et d’autres examens précis. Le contact physique est un élément dont la médecine ne peut totalement se passer.

 

Une solution pour répondre aux besoins psychologiques

En France, près d’une consultation sur deux fait suite à un motif psychologique ou psychiatrique. La période de confinement a eu des conséquences psychiques bien supérieures à la normale, entrainant une hausse des demandes de rendez-vous.
Une fois encore, la téléconsultation s’est trouvée être une solution pour les nouveaux patients et ceux qui souhaitaient poursuivre leur thérapie.

Auparavant, de nombreux professionnels proposaient les consultations par téléphone. Un moyen rapide, permettant de s’affranchir des contraintes géographiques. Cependant, cette méthode comporte quelques contraintes : le spécialiste ne peut pas s’appuyer sur le langage corporel, et les échanges ne sont pas toujours pris en charge par l’Assurance Maladie.

Les consultations par visioconférence, en revanche, offrent la possibilité d’échanger de manière visuelle et orale. Les plateformes de télémédecine sont directement en lien avec les organismes de santé, ce qui permet de faciliter la prise en charge des rendez-vous et la rémunération des professionnels de santé.

Dans ce cas de figure, le contact physique n’est pas nécessaire, ce qui n’impose pas de limite particulière. Lorsque les consultations physiques ne sont pas possibles, la télémédecine est incontestablement une solution pour maintenir un lien humain avec le patient.

De plus, les consultations sont généralement plus abordables, pouvant débuter à 20€ la première séance, puis à près de 50€ par séance. Dans certains cas, les consultations peuvent même être remboursées par la mutuelle du patient.

 

Les entreprises sont, elles aussi, demandeuses des téléconsultations psychologiques. En effet, le travail est souvent l’une des principales causes d’un rendez-vous psychologique : harcèlement, burn-out, violences… Pour accompagner leurs salariés, les sociétés ont mis en place des abonnements aux plateformes de télémédecine afin que ceux-ci puissent exprimer leur mal-être et trouver des solutions.

De ce fait, de nombreux organismes comme la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie) ont mis en place des mesures d’accompagnements pour les chefs d’entreprises. Pour faire face à la situation économique exceptionnelle, la création d’un numéro Vert permet aux différentes sociétés de bénéficier d’une première écoute et d’un soutien psychologique. Après un diagnostic de la situation, les chefs d’entreprises sont redirigés vers des structures publiques ou privées axée dans la recherche de solutions.

 

Le Très Haut Débit et les nouvelles technologies ont permis de faire progresser les métiers de la santé. La télémédecine répond aux problématiques importantes que sont la désertification médicale et la difficulté d’accès à des soins spécifiques, essentiellement en zones rurales. La crise fut l’occasion pour de nombreux Français et spécialistes de santé de découvrir la consultation à distance et ses avantages. Avec désormais plus de 40 000 praticiens inscrits sur les plateformes de visioconférence, la médecine opte pour une véritable transition numérique. Loin de remplacer les consultations physiques, la télémédecine est un outil complémentaire qui vise à mieux répartir le travail médical et à fournir un accès pour tous, aux soins.

 

 

 

 

Charlotte B.

 

 

Partages